Projet roman "Premières Fois"

Projet roman "Premières Fois"

 

 

Premières fois

Un texte de Florence Ducatteau et Joëlle Van Hee

Ce roman et les informations ci-jointes écrites par Florence Ducatteau sont protégés par un dépôt à la Maison des Auteurs, S.C.A.M. Il est donc interdit d'en utiliser l'entièreté ou une partie sans l'accord écrit des auteurs.

 

 

Informations à l'attention des professeurs et animateurs de plannings familiaux utilisant le texte avec leurs élèves, ainsi que de toute personne intéressée par l'éducation à la vie affective et sexuelle.

 

 

Écrivant pour la jeunesse et étant éditées, ensemble et séparément, depuis plus de quinze ans, Joëlle Van Hee et moi-même avons voulu créer un roman concernant les premières relations sexuelles des adolescents. C’est ainsi que « Premières fois » est né.

 

 

« Je conseillerais ce livre aux jeunes et aux parents

pour les aider à parler plus ouvertement sur le sujet »

(adolescente ayant participé aux animations liées au texte)

 

 

 

 

 

Thématiques

Si notre roman relate l’histoire d’amour de deux adolescents (ce qui passionne les jeunes), il touche également à plusieurs thèmes qui nous semblent fort importants : 

-          Histoire familiale sur quatre générations avec évocation de la façon dont la relation amoureuse a pu se passer aux différentes époques concernées.

-          Ancrage historique principalement belge et français (méconnus des adolescents), depuis 1900 jusqu’à maintenant, avec des événements tels que la découverte de la contraception chimique, de l’échographie, la légalisation de l’avortement, les détracteurs de cette loi…

-          Ancien secret de famille qui continue à avoir des implications sur les générations actuelles et qui a orienté toute la vie (fictive) d’un des personnages.

-          Mal-être à l’adolescence, crise, timidité, blues, manque de confiance en soi, et en ce corps qui change tant.

-          Difficulté pour les adolescents de mettre leurs limites lors d’une première relation sexuelle (Est-ce trop tôt ? Suis-je prêt(e)? Va-t-on utiliser un préservatif ?)

-          Relations virtuelles et sites pornographiques qui modifient l’approche de soi et de l’autre.

-          Question de la communication dans une famille. Comment aborder un sujet lourd et angoissant surtout s’il est lié à la sexualité et à la procréation ?

-          Grossesse non désirée d’une adolescente et interrogation quant à l’avortement.

-          Description de différentes réactions d’hommes, de femmes et de couples. Ainsi que de la communication qu’ils mettent en place entre eux. 

-          Difficultés de certaines relations mères/filles.

 

Ce roman peut être la porte d’entrée pour évoquer chacun de ces thèmes selon les questionnements propres aux lecteurs.

 

Lecteurs pressentis

Le texte a été écrit pour les adolescents et peut être utilisé dans un univers scolaire de façons multiples, tant par les professeurs de français, que d'histoire, de vie sociale, de morale, ou que par les animateurs de plannings familiaux. Mais il peut également faire l'objet d'une lecture de groupe d'adultes ou de groupes intergénérationnels. Certains projets se forment dans des groupes de femmes ainsi que dans des rencontres réunissant des adolescents et des retraités autour de partages de récits de vie.

 

 

Une œuvre littéraire

Ce roman n’est pas un ouvrage didactique (même s’il peut être utilisé comme tel). Il est d’abord et avant tout une œuvre littéraire de fiction. Il intéressera donc également les professeurs de français qui y trouveront une écriture moderne qui interpelle directement les adolescents d’aujourd’hui.

« C’est le texte le plus actuel que j’ai lu, le plus en phase avec la réalité des ados. Même si c’est différent dans ma société d'origine parce qu’il y a beaucoup plus de contrôle social » (jeune fille)

« J’ai aimé le fait que le texte touche vraiment notre tranche d’âge, on arrive vraiment à rentrer dans la fiction. » (jeune fille)

« Je l’ai passé à une amie. Elle l’a commencé à minuit en se disant, je lis deux ou trois pages pour voir le style, mais elle n’a pas pu s’arrêter et a tout lu jusqu’à trois heures du mat. » (jeune fille)

Nous avons voulu écrire un texte à plusieurs voix bien reconnaissables afin de marquer les époques et de permettre une facilité d’identification des jeunes lecteurs aux deux héros actuels. 

L’ouvrage a trouvé un écho fort positif auprès de la grande majorité des jeunes lecteurs :

« Je me suis personnellement reconnue dans les détails, les vues et revues de photos sur facebook, l’écoute de la musique Back to Black d’Amy Winehouse et éteindre le téléphone par orgueil. » (jeune fille)

« J'ai énormément apprécié la manière dont les trois femmes du même sang ont été démarquées au niveau de leur mentalité. Je lie ça à l'époque, la génération et à l'évolution de la société." (jeune fille)

« J’ai trouvé formidable qu’on ait le point de vue des deux sexes pour que les garçons et les filles puissent s’intégrer facilement » (jeune fille)

« J’ai réellement tout aimé, ce livre est certainement l’un des plus beaux livres que j’ai jamais lu. J’ai pu en effet m’intégrer très rapidement dans la peau du personnage (Élodie). Ce que j’ai aimé c’est que l’histoire était basée sur l’Histoire. » (jeune fille)

 

En tant qu’auteures jeunesse, nous sommes habituées à faire des animations dans les écoles et les bibliothèques. Nous y rencontrons les adolescents. Nous sommes également chacune mères d’enfants qui atteignent l’âge adulte. Nous nous sommes appuyées sur nos diverses expériences pour écrire ce texte et pouvons donc être invitées à rencontrer les lecteurs autour de ce livre pour leur apporter un autre point de vue que les accompagnants scolaires et extrascolaires habituels des jeunes : notre point de vue d'auteur.

 

 

Intérêt pédagogique du roman

 

« Que l’adolescence est compliquée ! » (jeune fille)

 

Effectivement…

 « Premières fois » nous parait un outil particulièrement bien adapté auprès des classes d'adolescents. Voici quelques arguments qui nous paraissent essentiels et sur lesquels les animations peuvent se baser.

1-        Notre texte offre de nombreuses possibilités d’ouverture à la réflexion personnelle et de groupe. Il est également un support à la parole et au débat dans le respect des différences individuelles. Il peut servir d’amorce de communication autour de ce qui touche aux relations humaines (familiales et amoureuses), aux émotions qui y sont liées ainsi qu’à la sexualité. Au fil du roman, les jeunes découvrent quatre générations et leurs façons différentes d’exprimer ses sujets avec des vocabulaires changeant suivant l’époque et l’évolution de la société.

2-        Pourquoi un outil sous forme de roman ? L’approche littéraire permet un accrochage affectif et imaginaire immédiat. Une identification aux personnages qui entraine le lecteur à tourner avidement les pages en se nourrissant des émotions du héros auquel il s’associe. Notre travail littéraire semble avoir porté ses fruits dans ce sens. Loin d’un échange théorique, qui reste parfois très distancé, sur la communication et la sexualité, les classes qui lisent notre manuscrit sont donc propulsées dans une sphère sensible et émotionnelle. Cette ouverture peut être constatée, interrogée et développée par les acteurs scolaires et extrascolaires.

3-        Si certains adolescents vivent les changements physiques et émotionnels liés à la puberté assez facilement, pour d’autres les questionnements sont intenses, voire douloureux. Pour certains, ils affectent même grandement leur confiance personnelle et leur ouverture aux autres. En présentant une héroïne timide et éprouvant vivement ses difficultés, nous avons voulu permettre aux adolescents de lire une description de certains sentiments qu’ils perçoivent parfois sans y associer de mots. Se sentir reconnu dans ce que l’on vit et ressent, permet la parole et restaure l’estime de soi. Au long du roman, les deux héros vont suivrent une évolution intense. Il nous parait important de présenter aux jeunes des héros arrivant, malgré les difficultés, à construire une relation riche et respectueuse qui grandit les deux partenaires. 

4-        Notre roman permet un travail multidisciplinaire de par ses différentes ouvertures. À chacun des intervenants d’y puiser les possibilités liées à la spécificité de son travail (qu’il soit scolaire ou extrascolaire) auprès des jeunes : cours de français, de psychologie, de philosophie, d’histoire, d’éducation à la vie relationnelle affective et sexuelle (EVRAS)... Cette diversité d’approches nous semble très riche pour les adolescents. Elle permet de leur faire rencontrer des adultes qui leur présentent des points de vue différents sur un même sujet et qui se positionnent face à eux dans une conscience de cette diversité de regards (lors de nos animations en collaboration avec d’autres intervenants, il nous semble essentiel d’expliquer aux élèves de quelle « place » nous parlons. Se présenter en tant qu’auteur ou psychologue ou professeur n’implique pas les mêmes choses et n’ouvre pas les questions ou les débats de la même façon). Ce travail multivocal assumé, dans le respect des valeurs tant des élèves que des professeurs et de l’établissement qui les forme, peut également aider au développement de l’esprit critique.

5-        Nous sommes persuadées qu’il est nécessaire de savoir d’où nous venons pour comprendre pourquoi les choses sont dans l’état et, si nécessaire, pour pouvoir agir pour améliorer le système. Les jeunes que nous avons rencontrés ignorent pour la plupart l’histoire de la sexualité, de la contraception et de l’avortement dans nos pays (et, s’ils sont originaires d’autres pays, ne savent généralement pas comment ces questions sont traitées dans leurs pays d’origine). S’ils sont informés de l’existence actuelle de plannings familiaux, ils n’ont pas conscience de ce qui a mené à leur création ni du moment où cela s’est passé. Nous avons donc voulu imaginer un couple de grands-parents actif dans la lutte pour la création de ces services dans les années 60. Mais « les années soixante » reste un concept abstrait, alors que s’imaginer que ses propres grands-parents sont de la génération de ceux de l’héroïne, concrétise le temps d’une tout autre façon. 

6-        Actuellement, certains jeunes sont confrontés, dans leurs familles, à une communication parcellaire, voire bloquée autour des sujets affectifs et sexuels, et, sur le net, à un afflux d’images hyperérotisées voire pornographiques. Cette situation les coince et occulte une information apaisée et respectueuse de leur rythme, de leur intérêt et de leurs attentes à ce sujet (rythme, intérêt et attentes forts différents d’un individu à l’autre). Elle exclut également l’idée d’une démarche progressive et responsable vers une vie sentimentale et sexuelle grandissant dans une atmosphère de respect et d’affection mutuelle. Notre fiction, imaginant des hommes et des femmes concrets, avec leurs failles et leurs essais parfois maladroits de communication, s’écarte du silence du tabou tout autant que de l’idéalisation d’un modèle de performance sexuelle irréel et formaté qui abolit toute fantaisie individuelle, toute écoute de l’autre et peut même sembler stigmatiser tout écart.   

7-        « Premières fois » décrit chapitre après chapitre, ce que vit chacun des personnages. Les voix des femmes et celles des hommes avec leurs particularités propres sont donc clairement identifiées, ce qui permet aux jeunes lecteurs tant masculins que féminins de se plonger dans le roman et d’évaluer les positions de l’autre sexe. Le roman aborde donc certaines différences de vécu et de communication entre les hommes et les femmes, ainsi que l’importance du respect entre eux et plus particulièrement entre les partenaires amoureux.   

8-        Même si notre propos d’auteurs est d’abord de décrire une belle histoire d’amour et les façons, à différentes époques et dans différentes atmosphères, de vivre une première relation sexuelle, il est évident que notre roman participe à la sensibilisation des jeunes aux questions particulières liées aux premières relations sexuelles (prévention des MST, prévention des grossesses précoces…) et évoque les aides que notre société offre actuellement en cas de soucis de ce type.

 

Avis de lecteurs

 

 « Je trouve tout simplement génial que [les auteures] aient fait un livre de ce genre, c'est magique.  [...] Dans la vie de tous les jours, il y a beaucoup d'adolescents confrontés à cette situation, et qui ne savent pas forcément en parler avec leurs proches pour des principes religieux ou non. Ce roman peut être rassurant pour eux. Et pour d'autres, c’est préventif. » (jeune fille)

« Je suis une adolescente issue de l'immigration et chez moi parler de ce sujet est vraiment tabou, mais chez Élodie, ce sujet est naturel, comme les autres. Ça fait du bien de rentrer dans la peau du personnage principal. » (jeune fille)

« J'ai beaucoup aimé, car c'est la première fois qu'une histoire d'un manuscrit parle plus aux élèves qu'au professeur. C'est ce qui m'a laissé le lire avec envie et plaisir. » (jeune homme)

 « J’aurai pu être à la place de cette jeune fille » (jeune fille)

« J’ai eu envie d’en parler à des amis et surtout à mes parents » (jeune fille)

 « Je conseillerais ce roman aux autres adolescents ainsi qu’à des adultes pour qu’ils se rendent compte que ça ne sert à rien de cacher des secrets. » (jeune fille)

 

En espérant…

 

Mesdames et Messieurs les professeurs et animateurs de plannings familiaux que ces informations vous auront intéressés et vous aideront à l'utilisation de notre texte "Premières fois" dans vos classes ou dans les groupes que vous animez.

 

Fiche technique du roman

Ce roman écrit par Florence Ducatteau et Joëlle Van Hee et les informations ci-jointes écrites par Florence Ducatteau sont protégés par un dépôt à la Maison des Auteurs, S.C.A.M. Il est donc interdit d'en utiliser ou d'en copier l'entièreté ou une partie sans l'accord écrit des auteures.

Nombre de caractères espaces compris : 185 000